Les dangers du hors piste

Le hors-piste est la pratique d’un sport de glisse en dehors des pistes et itinéraires balisés, aménagés, et donc surveillés. Les skieurs adeptes du hors-piste profitent de la neige qualifiée de « poudreuse », donc très agréable à la glisse, et de sentiers non damés, privilégiés, préservés. Ce sont donc des sportifs chevronnés, de haut-niveau.
Par définition, donc, le hors-piste n’est pas surveillé et les skieurs peuvent avoir accès au côté sauvage de la montagne, immaculé. Par conséquent, parler de dangers quand on parle de hors-piste, ce n’est pas hors-sujet!


Isolement

Le premier aléa du hors-piste, le premier facteur à risque, est l’isolement. Le besoin d’isolement, l’envie de liberté, de solitude, comporte des risques qu’il ne faut pas négliger. Comme on se trouve hors des sentiers tracés, on n’est pas forcément repérable. S’il vous arrive quelque chose, personne ne sait où vous êtes exactement.
De plus, attiré par les espaces vierges de tout balisage, par les descentes immaculées au détour d’une montagne, vous êtes susceptible d’emprunter des voies qui ne sont pas toujours faciles d’accès par les secouristes ou les guides. Vous êtes donc très isolé: un accident bénin peut devenir très grave.

Avalanches

Le premier danger auquel on pense lorsqu’on parle du hors-piste est l’avalanche. En effet, en montagne et surtout en hors-piste, le risque d’avalanche est élevé. Les facteurs de déclenchement d’une avalanche sont multiples, il y a donc autant de risques de déclenchement que de facteurs, sachant qu’on ne peut rien contrôler et qu’on ne peut pas tout prévoir.
L’avalanche est un phénomène naturel en trois partie: départ – écoulement – arrêt. L’étape de l’écoulement est celle qui comporte le plus de risques, souvent mortels: le skieur qui se trouve piégé et entraîné par la coulée de neige a très peu de chance de s’en sortir indemne, surtout si personne ne peut intervenir rapidement du fait de l’isolement.

Crevasses

Les crevasses sont également des pièges mortels en montagne et notamment en hors-piste. Ce sont des fissures naturelles dans les glaciers qui peuvent atteindre jusqu’à 50 mètres de profondeur et 20 mètres de largeur. Il existe des crevasses ouvertes, que l’on distingue bien et que l’on peut donc éviter. Mais il existe aussi des crevasses recouvertes par la neige: le risque de tomber est évident. Cette chute peut là encore être mortelle du fait de l’isolement et des éventuelles blessures que l’on peut subir.

Conclusion, quand on fait du hors-piste, on peut se retrouver hors-service! Pour prendre le moins de risques possibles, il faut prendre en compte un certain nombre de paramètres. Ces quelques conseils vous donneront des pistes, c’est le cas de le dire, de sagesse et de prudence.

Quelques conseils

– se renseigner sur les conditions météorologiques
– s’équiper d’un ARVA, d’un ballon ABS, d’un gilet Avalung, et de réflecteurs
– partez accompagné, jamais en solitaire!
– préparer en détail l’itinéraire que vous allez suivre
– prévoir de faire des pauses dans des endroits sécurisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *